La fois où j'ai exposé sous un ciel de bulles roses




Quand on veut avancer et faire bouger les choses, rien ne sert d’attendre de trouver le bon moment car « ce » bon moment peut se faire attendre longtemps… jusqu’au jour où on le rate faute d’être prêt. C’est aussi bête que ça.

Cette année, j’ai cessé d’attendre ce moment précis comme s’il était unique et magique. J’ai compris que les opportunités, il faut les créer. Rien ne vaut mieux que de foncer tête première tant qu’on a la bonne volonté d’absorber tous les commentaires constructifs qui peuvent nous être donnés. Les échecs sont presque impossibles, et les apprentissages sont garantis.

Voilà donc ce qui m’a porté à ma première participation à un festival artistique. Mtl en Arts se déroulait du 29 juin au 3 juillet 2016, sur la rue Ste-Catherine à Montréal. Les petits kiosques blancs ont envahi la rue piétonnière sous un ciel de petites bulles roses. Les passants ont pu admirer les œuvres de plus de 200 artistes. J’étais parmi ceux-là!

Le contact avec le public fait toujours un peu peur. Dans les moments de créations, l’artiste est toujours seul avec soi-même, dans un cocon personnel où tout ce qui prend forme fait du sens. La confrontation avec les regards extérieurs apporte souvent un petit frisson d’inquiétude : cela fera-t-il faire du sens pour les autres? Heureusement, le doute n’a pas duré si longtemps puisque les passants ont confirmé qu’ils perçoivent bien l’atmosphère et la sensibilité que j’essaie de partager dans mon travail. Discuter avec le public a été un baume pour moi. Ça m’a donné assez d’énergie pour continuer et me remettre à la création dès cette semaine. Quand la passion est là, une petite étincelle suffit à garder le feu ardent.

D’un point de vue un peu plus critique, le festival Mtl en Arts est un évènement très dynamique et une belle vitrine pour les artistes qui y participent. Avant le jour J, le suivi avec les organisateurs était super et mes questions trouvaient réponse assez rapidement. Mais sur place, il y a quelques détails que je qualifierais comme « à améliorer ». Je ne sais trop si c’est en tant qu’artiste de la relève ou en tant qu’exposante des 2 premiers jours seulement, mais voilà que j’ai eu l’impression d’être un peu délaissée, voir oubliée des organisateurs. Je n’ai rencontré aucun d’entre eux, ni jury, ni photographe, des 2 jours où j’ai été à mon kiosque situé au fin fond du parcours… Les bénévoles (super sympa!) tardaient à recevoir des réponses aux questions que j’avais sur les informations contradictoires que je recevais. En résumé, j’ai vécu 2 très belles journées avec le public et les artistes qui m’entouraient, mais je repars avec une petite déception sur des détails de l'organisation. En tant qu’artiste émergeant, il est normal d’oser espérer se faire voir un minimum, tant par le public que par le jury de pairs.


Cela dit, cette déception n’est pas assez grande pour m’empêcher de revenir l’an prochain. Et je serai présente tout le week-end cette fois!

Et avec toute cette motivation, je me suis transformée en éponge pour absorber tous les trucs possibles pour le prochain évènement. Si cela peut t’être utile, je te donne rendez-vous la semaine prochaine le prochain article où j’exposerai mes apprentissages.

Merci à ceux qui sont venus me voir, m’encourager et acheter des œuvres. Ça a été un réel plaisir de faire votre connaissance.

La semaine prochaine : 10 trucs et astuces pour ta première participation à un festival artistique




#exposition #MTLenArts #rueSteCatherine #amvilleneuve #amvilleneuvecom #art #peinture #artiste #Villeneuve

© 2018, Anne-Marie Villeneuve